Index égalité femmes hommes

Chaque année, les entreprises d’au moins 50 salariés doivent calculer et publier sur leur site internet leur Index de l’égalité Femmes-Hommes.

L’Index, sur 100 points, se calcule à partir de 4 indicateurs :
- L’écart de rémunération femmes-hommes,
- L’écart de répartition des augmentations individuelles,
- Le nombre de salariées augmentées à leur retour de congé de maternité,
- La parité parmi les 10 plus hautes rémunérations.

L’index de la Clinique Saint Francois a été calculé sur le site « Index Egapro » du site du Ministère du travail.

Informations sur les calculs et période de référence :

Tranche d’effectifs de l’entreprise : entre 50 et 250 salariés
Année au titre de laquelle les indicateurs sont calculés : 2021

Indicateur n°1 : écart de rémunération

Cet indicateur recense les rémunérations moyennes des femmes et des hommes dans une entreprise.

Pour obtenir l'intégralité des 40 points, une entreprise doit ramener l'écart entre la rémunération des femmes et celle des hommes à zéro.

Note obtenue : 39/40

Indicateur n°2 : écart de taux d’augmentation

L'indicateur évalue le pourcentage de femmes et d'hommes qui ont perçus une augmentation dans l'année. Pour obtenir l'intégralité des points, une entreprise doit accorder les mêmes augmentations aux femmes qu'aux hommes, à 2 % près ou à 2 personnes près.

Note obtenue 35/35

Indicateur n°3 : retour congé maternité

La totalité de la note est attribuée à une entreprise qui accorde une augmentation aux femmes revenant d'un congé maternité. Si une seule salariée dans cette situation ne perçoit pas d'augmentation, aucun point ne sera accordé à l'entreprise.

Note obtenue : 0/15

Indicateur n°4 : nombre de salariés du sexe sous représenté parmi les 10 plus hautes rémunérations

Pour obtenir ces 10 derniers points, une entreprise doit compter au moins 4 femmes parmi ses 10 plus hauts salaires.

Note obtenue 0/10

Récapitulatif 
Notre index est de 74 points sur 100.

L’index est cependant peu adapté à notre secteur d’activité, les femmes étant largement sur représentés dans le secteur de la santé.